octobre 27, 2021

Allez, allez, allez. Allez Montréal!

Pour la première fois en 28 ans, les Canadiens de Montréal se retrouvent en finale de la Coupe Stanley dans ce duel des titans entre les puissants Lightning de Tampa Bay et nos Canadiens où la récompense finale est bien plus que juste le trophée métallique à la fin.

Ce ne sera pas facile non plus, la sainte-flanelle qui tire de l’arrière et qui a perdu déjà 2 matchs et qui se verra éliminé s’ils en perdent 2 autres sur un total de 7. Mais comme dirait le groupe de Rap québécois Loco Locass :

 « Mais quand ça va mal, quand on cale ou on dévire (…) C’est pas à matin (non), qu’on accroche nos patins »

En d’autres mots, c’est pas fini tant que c’est pas fini.

Et même s’ils étaient pour perdre la finale, ils ont surpris la planète hockey et on rassembler le Québec en entier suite à une année difficile.

Les billets pour pouvoir voir la finale en temps réel au Centre Bell ont atteint de nouveaux sommets. En effet, les Canadiens de Montréal ont mis en vente leur billet pour les matchs contre le Lightning à de juste prix, mais les sites de reventes qui ont réussis à mettre la main sur des billets revendent leur billet à des prix astronomiques. Des billets qui peuvent atteindre plus de 100 000$ pour un match au Centre Bell. On sait qu’il n’y a que 3 500 personnes acceptées et que la demande est élevée, mais il faut hypothéquer sa maison pour aller voir les Canadiens en série finale.

Comment le hockey des Canadiens fait-il pour rassembler une nation au complet ?

Mon père avait 21 ans lors de la dernière victoire, il venait d’arriver du Saguenay pour s’installer dans la grande ville pour ses études. Il s’en souvient comme si c’était hier. Les cris de joies, les feux d’artifices, la ville qui s’illuminait et se rassemblait derrière une seule chose. J’ai célébré cet été mon 21e anniversaire. Ça fait 21 ans que je suis cette équipe et que j’entends la même histoire de mon père qui me raconte la victoire de 93 et l’émotion folle qu’il avait vécu, une histoire différente un peu racontée par mon grand-père, disons qu’il n’a pas perdu espoir que les Nordiques reviennent. Ces histoires la se partagent de générations en générations et nourrissent les espoirs qu’un jour je vais pouvoir vivre la même chose.

C’est une façon de se ressembler tous ensemble, tous le Québec derrière une même équipe, un même objectif après une année où nous avons été tellement séparé, surtout quand ils gagnent le soir de la Saint-Jean, quoi demander de mieux!!

J’aimerais finir en reprenant une phrase brillante de l’homme d’affaires Mitch Garber et qui a été reprise par plusieurs journalistes dont Patrick Lagacé dans un de ses plus récents articles dans La Presse.

« Arrêt du gardien autochtone, reprise du Canadien anglais qui remet au Québécois, qui refile au travailleur étranger spécialisé… qui la met dedans »

Une phrase si simple, mais qui fait taire ceux qui disaient que l’équipe de 2021 ne représentait pas le Québec d’aujourd’hui,

Voilà exactement le Québec en 2021 et soyons en fier.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *